Analyse d'une « zone frontalière » : l'étude de cas de Polykastro et de ses environs

Polykastro peut être considéré à la fois comme un symbole d’espoir et comme un lieu de répression pour différents individus. Les citoyens locaux, les demandeurs d'asile, les ONG humanitaires et les touristes vivent cette « zone frontalière » de différentes manières, car elle sert à la fois de « marqueur d'appartenance » pour les citoyens locaux et de « lieu de devenir » pour les demandeurs d'asile.