Comment construire une stratégie d’intégration plus solide pour les personnes issues de l’immigration : le projet INTEgreat

Les politiques actuelles de l'Espagne sont légèrement plus inclusives que celles des autres pays de l'UE, selon le Indice des politiques d’intégration des migrants 2020. Dans le cadre du projet INTEgreat, le Open Cultural Center a mené des recherches sur l'intégration en Espagne dans les domaines de la santé, de l'emploi, de la formation et de la cohésion sociale. Les conclusions étaient claires : les résultats de la recherche montrent que les nouveaux arrivants se heurtent à plusieurs obstacles pour accéder aux services essentiels. De plus, le système d’intégration espagnol manque actuellement d’une stratégie nationale solide en matière d’intégration.

Quel est le statut de l'intégration en Espagne ?

Depuis 2018, le pays a connu une augmentation significative de la population de demandeurs d'asile, notamment en raison de nouveaux arrivants en provenance du Venezuela et de Colombie, ce qui en fait l'un des plus grands pays d'accueil de demandeurs d'asile dans l'Union européenne. Les résultats montrent que même si l'Espagne a pu mettre en œuvre des réformes favorisant l'inclusion des personnes issues de l'immigration dans le pays, il existe plusieurs lacunes qui les empêchent d'accéder facilement aux services clés, notamment dans le domaine de la santé et de l'emploi. 

Dans le santé Dans ce secteur, les migrants bénéficient de services adaptés, mais les barrières administratives et le manque d’informations dans leur langue maternelle entravent leur plein accès à ces services. Les barrières linguistiques affectent également la emploi et entraînement opportunités, ainsi que leur capacité à valider leurs diplômes et à accéder aux réseaux. En termes de la cohésion sociale, les personnes victimes de discrimination peuvent bénéficier de mécanismes d'application solides, mais l'organisme de promotion de l'égalité du pays est faible. L'accès à la nationalité constitue également le principal point faible de l'Espagne.

Enfin, les femmes migrantes, en particulier celles qui ont de jeunes enfants, présentent de multiples facteurs de vulnérabilité qui les exposent à un risque accru d’isolement social et de solitude, car elles ne disposent pas de ressources sociales en dehors de leurs liens familiaux ou communautaires. 

Quelle est la situation de l'intégration en Catalogne ?

La Catalogne, en tant que communauté autonome, dispose de certaines compétences dans des domaines directement liés à l'intégration des migrants. Les principaux domaines sont l'éducation et la santé. l'État central contrôle et approuve la législation de base relative à ces compétences, mais il appartient à la Catalogne de la développer et de la mettre en œuvre. D'autre part, il convient de mentionner que la Catalogne dispose de compétences exclusives dans deux autres domaines fondamentaux liés à la migration : le logement et l'assistance sociale, même si dans ces deux domaines l'importance des accords avec l'État est nécessaire. 

La Catalogne, tout comme l’Espagne, a connu une augmentation considérable des arrivées de migrants et de réfugiés. Entre 1996 et 2015, le nombre d'étrangers enregistrés en Catalogne a augmenté de 97.789 à 1.023.398 et représente aujourd'hui 11,6% de la population totale.

En 2008, le gouvernement de Catalogne et divers acteurs institutionnels, politiques, économiques et sociaux ont signé l'Accord national sur l'immigration. Il vise à réaliser (1) la gestion efficace des flux migratoires et l’accès au marché du travail ; (2) l'adaptation des services publics à une société diversifiée avec un service d'accueil universel ; et (3) l'intégration dans une culture publique commune qui favorise la participation à la vie publique, le catalan comme langue commune, la pluralité des religions et des convictions, l'égalité des sexes et le renforcement des politiques sociales.

Quel rôle le projet INTEgreat joue-t-il à cet égard ?

INTgénial est un projet de 3 ans financé par l'Union européenne, lancé en janvier 2022, qui rassemble des municipalités, des organisations à but non lucratif, des universités et des sociétés civiles pour créer un cadre stratégique d'intégration innovant. Il vise à construire une stratégie et un écosystème d'intégration plus solides pour les migrants et les demandeurs d'asile (femmes, hommes, familles, LGBTIQ) en Europe, dans quatre domaines principaux : les soins de santé, l'emploi, le renforcement des capacités et la formation des migrants et des citoyens locaux, et la cohésion sociale. L’impact attendu est le renforcement des politiques migratoires grâce à la création d’une stratégie d’intégration innovante applicable au niveau de l’UE qui facilitera une inclusion plus harmonieuse des migrants dans la société.

Au cours de la première année, les organisations partenaires ont mené des recherches dans leurs propres pays (Italie, Espagne, Grèce, Chypre et Irlande) pour évaluer l'état actuel des politiques nationales d'intégration et identifier les meilleures pratiques et les angles morts. Au cours des prochains mois, les partenaires travailleront à l'élaboration d'un cadre stratégique d'intégration (ISF) participatif et le testeront à travers des activités pilotes afin de mieux promouvoir l'intégration dans leurs pays respectifs grâce à des méthodes efficaces. 

Facebooktwitterlinkedinmail
Catégories : Blog